ECOLAB > Pages profils > CAMPAN Erick

Profil de Erick CAMPAN

CAMPAN Erick

Email : erick.campanSPAMFILTER@univ-tlse3.fr

Téléphone / phone: + 33 (0) 5 61 55 67 22

Bureau / office : 308

Institution : UPS

Statut / status: Enseignant chercheur

Adresse professionnelle / address:

Laboratoire Ecologie Fonctionnelle et Environnement,
DYNABIO,
UMR 5245 (CNRS-UPS-INPT)
Bâtiment 4R1 - Bureau 308
Université Paul Sabatier - Toulouse III
118, route de Narbonne
31062 TOULOUSE Cedex 9
France

Site perso / personal website :

  • Depuis 2005 : Maître de Conférences à l’Université Paul Sabatier, Toulouse, France.
  • 2003/2005 : Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (1/2 poste). Laboratoire de Biologie des Entomophages, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, France. “Résistance de Solanum sp. aux aphides ; Réponses olfactives des pucerons aux odeurs de Solanacées ; Effets de produits d’expression de transgènes sur les parasitoïdes de pucerons”. Sous la direction du Prof Geneviève Prévost et du Dr Philippe Giordanengo.
  • 2002/2003 : Post-doctoctorat. Nederlands Instituut voor Oecologisch Onderzoek, Heteren, Pays-Bas. “Honeydew as a route of exposure to transgenic compounds : estimating actual risk for non-target insects in the field ”. Sous la direction du Dr F. Wäckers.
  • 1998/2002 : Thèse de doctorat. Laboratoire d’Ecologie Animale et d’Entomologie, Neuchâtel Suisse & UNAM, Mexico, Mexique “Genetic variation in insect performance in a tri-trophic interaction on wild and cultivated beans” Sous la direction du Dr B. Benrey.
  • 1997/1998 : DEA : Biologie du Comportement : Laboratoire d’Ethologie Expérimentale et Comparée, Université Paris Nord, Villetaneuse, France & Laboratoire de Neurobiologie Comparée des Invertébrés, INRA, Bures-sur-Yvettes, France. “Influence de l’origine géographique sur la reconnaissance des odeurs de fruits chez Leptopilina boulardi”. Sous la direction du Dr L. Kaiser.
  • 1995/1996 : D.E.S.U en Sciences Naturelles : Laboratoire d’Ethologie et Psychologie Animale, Université Paul Sabatier, Toulouse, France. “Sex-ratio et structure génétique chez la fourmi Pheidole pallidula (Nyl.) (Formicidae : Myrmicinae)”. Sous la direction du Prof L. Passera.

Thématiques:

  • Entomologie
  • Relations tritrophiques : plante / insecte ravageur / insecte parasitoïde
  • Responsable de la discipline « Biologie Animale »
  • Responsable du module d’ « Entomologie » (EL5BOPFM)
  • Responsable du module de « Sociétés d’Insectes » (ED4BOPLM)
  • Membre de la commission d’Organisation des séminaires (CLAS)
  • Membre de la commission Véhicules  .

Principales publications

Campan, E., Havard, S., Sagouis, A., Pelissier, C., Muller, F., Villemant, C., Savriama, Y., Guery, D., Hu, J., Ponsard, S. (2014) Acceptability and suitability of the European Ostrinia nubilalis Hübner for Macrocentrus cingulum Brischke from Asia and Europe. Biological Control. 74, 13-20

Havard, S.,Pelissier, C., Ponsard, S.,Campan, E. (2014). Suitability of three Ostrinia Species as hosts for Macrocentus cingulum : A comparison of their encapsulation abilities, Insect Science, 21, 93-102.

Pélissié B, Ponsard S, Tokarev YS, Audiot P, Pélissier C, Sabatier R, Meusnier S, Chaufaux J, Delos M, Campan E, Malysh JM, Frolov AN & Bourguet D. 2010. Did the introduction of maize into Europe provide enemy-free space to Ostrinia nubilalis ? Parasitism differences between two sibling species of the genus Ostrinia. Journal of Evolutionary Biology, 23(2), 350-361.

Le Roux V., Dugravot S., Campan E., Dubois F., Vincent C. & Giordanengo P. 2008. Wild Solanum resistance to aphids : antixenosis or antibiosis ? Journal of Economic Entomology. 101 (2) 584-591.

Perez-Malauf R., Rafalimanana H., Campan E., Fleury F. & Kaiser L. 2008. Differentiation of innate but not learnt responses to host-habitat odours contributes to rapid host finding in a parasitoid genotype. Physiological Entomology, 33, 226-232.

Le Roux V., Campan E., Dubois F., Vincent C. & Giordanengo P. 2007. Screening for resistance against Myzus percisae and Macrosiphum euphorbiae among wild Solanum. Annals of Applied Biology.151, 83-88.

Ameline A., Couty A., Dugravot S., Campan E., Dubois F. & Giordanengo P. 2007 Immediate alteration of Macrosiphum euphorbiae host plant selection behavior after biotic and abiotic damage inflicted potato. Entomologia Experimentalis et Applicata, 123 (2), 129-137.

Campan E. & Benrey B. 2006. Effects of seed type and bruchid genotype on the performance and oviposition behavior of Zabrotes subfasciatus (Coleoptera: Bruchidae). Insect Science,13, 309-318.

H. Azzouz, E. Campan, A. Cherqui, J. Saguez, L. Jouanin, P. Giordanengo, & L. Kaiser 2005: "Potential effects of plant protease inhibitors, Oryzacystatin I and soybean Bowman-Birk inhibitor on the aphid parasitoid Aphidius ervi (Hymenoptera, Braconidae)" Journal of Insect Physiology, 51 (8), 941-951.

H. Azzouz, A. Cherqui, E. Campan, Y. Rahbe, G. Duport, L. Jouanin, L. Kaiser & P. Giordanengo, 2005: "Effects of plant protease inhibitor Oryzacystatin I and soybean Bowman-Birk inhibitor on the aphid Macrosiphum euphorbiae (Homoptera, Aphididae) and its parasitoid Aphelinus abdominalis (Hymenoptera,Aphelinidae)" Journal of Insect Physiology51: 75-86.

Campan E., Callejas A., Rahier M. & Benrey B. (2005). Interpopulation variation in a larval parasitoid of bruchids, Stenocorse bruchivora (Hymenoptera: Braconidae): host plant effects. Environmental Entomology. 32(2) 457-465.

E. Campan & B. Benrey, 2004. "Behavior and performance of a specialist and a generalist parasitoid of bruchids on wild and cultivated beans ". Biological Control 30: 220-228.

E. Campan, A. Couty, Y. Carton, M.H. Pham-Delegue & L. Kaiser, 2002. "Variability and genetic components of innate fruit odour recognition in a parasitoid of Drosophila" Physiological Entomology. 27: 243-250.

S. Aron, E. Campan, J.J. Boomsma, & L. Passera, 1998. "Social structure and split sex-ratios in the ant Pheidole pallidula". Ethology, Ecology and Evolution, 11: 209-227.

ANR BIOCOSMAC :

 

Biological Control of Ostrinia sp. taxa by Macrocentrus cingulum.

Macrocentrus cingulum comme agent de lutte biologique contre Ostrinia sp. (Coordinateur)

 

 Ce projet est centré sur Macrocentrus cingulum Brischke (Hymenoptère, Braconidae), l’un des principaux parasitoïdes du genre Ostrinia (Lépidoptère, Crambidae) (DeNardo& Hopper 2004), lequel comprend deux ravageurs importants du maïs : O. nubilalis Hübner, présent en Europe et introduit accidentellement en Amérique du Nord, et O. furnacalis Guenée (Frolov et al. 2007) présent en Asie et en Océanie. En Europe, O. nubilalis, tenu pour responsable de pertes de rendements d’environ 7%, est combattu au moyen d’insecticides chimiques du type pyréthrinoïde de synthèse et, depuis quelques années, par la culture de maïs transgéniques Bt (Espagne et Roumanie notamment). Les seuls agents de lutte biologique actuellement disponibles sont les trichogrammes de l’espèce Trichogramma brassicae Bezdenko (produits sous licence INRA par la société Biotop), parasites des oeufs de pyrales utilisés en lâchers innondatifs. Malheureusement, ils ne permettent pas un contrôle suffisant en cas de fortes infestations de pyrale et dans les zones où O. nubilalis est polyvoltin. Le développement d’un second agent de lutte biologique, complémentaire du premier, permettrait d’assurer une meilleure protection, ce qui augmenterait non seulement les rendements mais également la qualité des récoltes en réduisant leurs teneurs en mycotoxines.

 Des tentatives d’introduction de M. cingulum dans un but de lutte biologique ont eu lieu aux Etats-Unis dès 1926, en vue d’y contrôler les populations d’O. nubilalis dont l’invasion était alors en pleine phase d’expansion (Thompson & Parker 1928, Parker et al. 1949, Hudon et al. 1989). Ces tentatives ont échoué lorsqu’elles ont été faites à partir de souches européennes de M. cingulum collectées en France sur O. scapulalis, une pyrale qui se développe notamment sur armoise et houblon, alors qu’elles ont réussi lorsqu’elles ont été faites à partir de souches asiatiques de M. cingulum (collectées sur O. furnacalis) (Thompson & Parker 1928, Baker et al. 1949). Aujourd’hui, des populations acclimatées de M. cingulum infestent ces populations d’O. nubilalis à des taux variables – ce qui est classique chez les parasitoïdes – mais dépassant parfois les 50%.

 Les populations européennes de M. cingulum, qui se développent sur O. scapulalis (Thomas et al. 2003, Frolov et al. 2007), semblent capables d’infester O. nubilalis en Europe – l’on y détecte parfois leur ADN (Pélissié et al. en prép.). Elles ne peuvent toutefois y effectuer un cycle de développement complet, aucun adulte n’ayant émergé d’environ 7500 larves d’O. nubilalis issues de 64 populations collectées sur 4 années successives en France (Pélissié et al. en prép.) ou de 1700 larves collectées dans 4 localités en Espagne (Monetti et al. 2001). Ceci pourrait être dû à une plus faible capacité des populations européennes de M. cingulum à se développer sur O. nubilalis (ce qui expliquerait l’échec de leur introduction aux Etats-Unis) et/ou à une susceptibilité différente à M. cingulum des populations européennes et américaines d’O. nubilalis.

 L’objectif du présent projet est de comprendre la raison de ces différences de permissivité dans le système Ostrinia / Macrocentrus sur les trois continents, et d’évaluer les chances de succès d’une production commerciale de M. cingulum d’origine asiatique ou américaine comme agent de lutte biologique contre la pyrale du maïs en Europe.

  • L1 : Biologie animale : Approches Expérimentales en Biodiversité ;
  • L2 PCESVT : Biologie animale ;
  • L2PCAV: Biologie animale ;
  • L2 BOPE :Biologie animale ;
  • L3 BOPE : Entomologie ; Sociétés d’insectes ; Biologie de la reproduction des plantes ;
  • Prépa Agrégation : Sociétés d’insectes ;
  • M1 Ecologie : Expertise Naturaliste en Entomologie ;
  • M2 Pro Gestion de la Biodiversité : Pratique de la communication ;

Encadrement stages

  • BTS biotechnologie 
  • L2 BOPE
  • L3 BOPE
  • Master 1 Ecologie 
  • Postdoctorat
Afficher le pied de page